Un excellent roman, très réaliste, qui fait prendre conscience que nous ne sommes pas à l’abri d’une dictature.

4/5

Résumé: Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’Histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort :  » La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action.  » En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader. Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?  » Ce best-seller, qui est devenu un manuel d’Histoire en Allemagne et un film, souligne qu’il est facile de se transformer en petit fasciste du jour au lendemain.

La vague raconte l’histoire d’un prof, Ben Ross, professeur d’Histoire et de sa classe. alors que ses élèves pensent que le monde ne connaîtra plus jamais de régime totalitaire tel que le nazisme, il va leur prouver le contraire en crée une sorte de mouvement, appelé La vague. Cette expérience s’avère être une très grande réussite pour le professeur, même si les élèves n’ont pas directement conscience de ce qu’ils accomplissent, la situation va très vite dégénérer et en faire réfléchir plus d’un.

Tout d’abord, ce qui a retenu mon attention quant à cette histoire, c’est que cette histoire vraie! Tout cela s’est réellement produit en 1969, dans un lycée en Californie.
J’ai beaucoup aimé le réalisme de ce livre, tout part d’un film sur les horreurs de la seconde guerre mondiale, faisant réagir les élèves.
A partir de là, les élèves vont réagir exactement comme Ben Ross le souhaitait, sans même réfléchir, ils vont suivre leur nouveaux leader et lui obéir, parce qu’ils trouvent ça « cool », parce qu’ils forment un tout, et que certains sont très content d’avoir enfin leur place au sein d’un groupe. Ce « groupe » nommé La vague part tout de même d’une bonne intention aux yeux des élèves puisqu’ils font preuve de solidarité entre eux, ils se sentent forts, ensemble.

Sans même se poser de questions, ils s’investissent autant que possible dans le mouvement et acceptent sans discuter d’être sous les ordres de leur professeur, sans même accorder de l’importance aux conséquences de leurs actes.
L’un des aspects les plus percutants de ce livre, c’est qu’il fait ouvrir les yeux, on prend conscience que ces lycéens sont très naïfs, et facilement manipulables, alors qu’ils sont terrifiés par le nazisme, ils ne se rende même pas compte qu’ils sont en train de reproduire le même genre de régime, le plus choquant dans l’histoire c’est que ce n’est pas qu’une fiction, même si tout le monde vous dira le contraire, nous avons ici la preuve, nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle dictature.

Cette histoire met en scène des adolescents, mais elle serait tout aussi crédible avec des adultes.
Même si la majorité fonce tête baissée dans La vague, certains, s’y opposent, ayant la tête sur les épaules, ils comprennent, ils savent où Ben Ross veut en venir, et alors qu’ils veulent que tout s’arrête, au vu de l’ampleur que prend le mouvement, plus rien n’est contrôlable, tout prends des proportions énormes et devient dangereux.
Ayant d’abord vu le film, je me sens obligée de faire un petit parallèle, pour tout vous dire, j’ai préféré le film, je trouve qu’on y ressent plus les émotions des lycéens, comment ils vivent ce changement, c’est un film très fort en émotions tandis que dans le livre, on retrouve plutôt la montée du mouvement, un peu plus en détail, même s’il sont différents je les trouve finalement complémentaires.

C’est un livre que tous les lycéens et collégiens devraient étudier en cours, il est vraiment très intéressant!